Conférence Frédéric BIHEL, Dr UMR CNRS/Uds 7200 PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 25 Janvier 2013 17:09
Conférence Frédéric BIHEL, Dr UMR CNRS/Uds 7200

Développement d'antagonistes des récepteurs du Neuropéptide FF pour le traitement des douleurs chroniques

Laboratoire d'Innovation Thérapeutique
UMR CNRS/Uds 7200
Faculté de Pharmacie
Université de Strasbourg

Jeudi 24 janvier 2013
12h45/13h45

Amphi 2 - Faculté de Médecine, 22 av. Camille Desmoulins - Brest

 Développement d’antagonistes des récepteurs du Neuropeptide FF

pour le traitement des douleurs chroniques 

Comprendre et traiter les différentes formes de douleurs représente de véritables défis scientifiques, médicaux et économiques et, bien que d’importants progrès aient été faits dans la compréhension des mécanismes de la douleur, les opioïdes restent les plus puissants des analgésiques. Toutefois, leur utilisation en clinique reste limitée du fait de l’apparition de phénomènes de tolérance et du développement d’une hyperalgésie persistante.

Les antagonistes des récepteurs du Neuropeptide FF (NPFF) sont apparus récemment comme une voie prometteuse pour le développement de médicaments anti-hyperalgiques et, plus généralement, comme de possibles composantes thérapeutiques de stratégies antidouleurs innovantes. En 2006, nous avons publié RF9, le premier antagoniste des récepteurs NPFF capable de bloquer, chez le rat, l’hyperalgésie induite par un opiacé sans diminuer l’effet analgésique de ce même opiacé. Considérant le caractère peptidique de RF9, nous avons cherché à développer de nouveaux ligands des récepteurs NPFF pouvant présenter un meilleur profil thérapeutique. Plusieurs approches de pharmacochimie ont été développées : 1) La conception rationnelle, à partir du neuropeptide endogène, vers des composés peptidomimétiques ; 2) le criblage d’une chimiothèque focalisée de structures hétérocycliques; 3) Le repositionnement de médicaments déjà utilisés dans d’autres pathologies.

Nous avons ainsi obtenu un set de plusieurs ligands des récepteurs du NPFF, présentant des structures allant de petits peptides aux hétérocycles. L’optimisation de ces ligands a notamment permis de développer le RF313, premier antagoniste des récepteurs du NPFF administrable par voie orale et capable de réverser, chez le rat et la souris, l’hyperalgésie induite par les opiacés. Cette preuve de concept in vivo permet d’ouvrir des perspectives thérapeutiques dans le traitement des douleurs chroniques.

 
UBOCHU Brest CNRS Inserm EFS
Ifremer ENIB Telecom Bretagne