Conférence Laurent Misery, PU-PH , LNB - UBO PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Mercredi, 18 Janvier 2012 17:26
Conférence Laurent Misery, PU-PH , LNB - UBO

Les cellule de Merkel

Laboratoire de Neurosciences de Brest
LNB
Faculté de Médecine
UBO

vendredi 20 janvier 2012
12h30/13h45

Amphi 4 - Faculté de Médecine, 22 av. Camille Desmoulins - Brest

Les cellules de Merkel

Les cellules de Merkel sont les cellules neuroendocrines de l’épiderme (1% des cellules épidermiques). Les connaissances que nous avons de ces cellules ont fait des progrès notables dans les dernières années. Après des années de controverse, il semble que l’on puisse désormais retenir qu’elles sont issues de précurseurs embryonnaires de la crête neurale, mais qu’elles sont ensuite issues de précurseurs épidermiques α6-integrine+, Sca1+ et CD200+, qui peuvent être aussi à l’origine de kératinocytes.

Leur culture n’est possible que depuis quelques années. Ainsi, une prolifération des cellules de Merkel peut être observée en culture in vitro, alors que cela n’a pas été mis en évidence in vivo. La co-culture avec des neurones améliore encore les possibilités de culture.

Si les complexes neurites-cellules de Merkel sont connus depuis longtemps comme ayant une fonction de mécano-réception, ce n’est que récemment qu’il a été démontré que les terminaisons nerveuses d’une part, les cellules de Merkel d’autre part, avaient toutes deux des propriétés mécano-réceptrices. Nous avons ainsi pu montrer que les cellules de Merkel possédaient des canaux calciques lents, des canaux potassiques lents et des canaux potassiques activés par la tension6. Ces canaux pouvaient être activés par la succion, principalement par l’intermédiaire de TRPV4. Il est intéressant de noter que les canaux calciques peuvent être activés par l’histamine et inhibés par l’acétylcholine.

Cette dualité de la régulation des fonctions des cellules de Merkel est observée pour la sécrétion de neuropeptides. Nous l’avons montré pour le VIP (Vasoactive Intestinal Peptide). Ceci suggère que les cellules de Merkel jouent un rôle clé dans la régulation de l’inflammation cutanée, neurogène ou non. Le rôle des cellules de Merkel en pathologie est donc peut-être bien plus important que ce que l’on aurait pu soupçonner.

Pour l’instant, la circonstance pathologique où les cellules de Merkel jouent un rôle, qui est la plus étudiée, est le carcinome de Merkel. Ce carcinome rare mais grave est du à une prolifération maligne des cellules de Merkel ou de leurs précurseurs. Si le déficit immunitaire et l’exposition aux ultra-violets sont des facteurs favorisants, la découverte du rôle clé d’un nouveau polyomavirus a relancé de manière spectaculaire la recherche sur ce cancer.

Mise à jour le Mercredi, 18 Janvier 2012 16:28
 
UBOCHU Brest CNRS Inserm EFS
Ifremer ENIB Telecom Bretagne