Colloque Annuel 2017 de l'IBSAM PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 30 Mai 2017 18:34
Colloque Annuel 2017 de l'IBSAM

Institut Brestois Santé-Agro-Matière
UFR Médecine
Université Bretagne Occidentale - Brest

Mercredi 7 juin 2017
09h00/17h00

Amphi 4 - Faculté de Médecine, 22 av. Camille Desmoulins - Brest

Colloque annuel IBSAM

Mercredi 7 juin 2017

 

Résumés conférenciers invités

 

Evelyne HEYER, Professeur en Anthropologie Génétique

Muséum National d’Histoire Naturelle

Musée de l’Homme

Commissaire scientifique de l’exposition

« Nous et les Autres – Des préjugés au racisme »

 

Des « races » et des Hommes: le point de vue de la génétique

Que nous dit la génétique à propos des races ? C’est une des questions abordées dans la première grande exposition temporaire du nouveau Musée de l’Homme : « Nous et les Autres – des préjugés au racisme ». L’exposition fait le point sur la génétique, en expliquant certains paradoxes : les données sur la diversité génétique de notre espèce démontrent formellement que celle-ci ne peut pas être décrite en termes de race : il existe trop peu de différence génétique entre les populations humaines. Pourquoi alors que les différences génétiques entre les populations humaines sont faibles, il est néanmoins possible de construire des groupes de proximité génétique ? Comment alors expliquer les différentes couleurs de peau ? Que la génétique peut-elle dire ou ne pas dire sur ce qu’est un individu ? C’est finalement la valeur morale que l’on veut bien donner à cette diversité génétique, qui est au fondement de la pensée raciste ou anti-raciste.

Mais alors, qu’est-ce que le racisme ? Pourquoi se manifeste-t-il ? Tous les hommes sont-ils racistes ?

Ces questions constituent un défi majeur pour les chercheurs. Il faut se tourner vers la psychologie sociale, les sciences humaines et sociales pour présenter une analyse cohérente et globale des phénomènes de racialisation et de racisme. L’exposition au Musée de l’Homme propose sur ce sujet une analyse originale qui met l’accent non seulement sur les faits, déjà bien connus, mais sur la construction de ces phénomènes.

 

Jean Marie BLANCHARD, Directeur Recherche Emérite CNRS

Institut de Génétique Moléculaire de Montpellier CNRS UMR 5535

"Fonctions non canoniques des régulateurs du cycle cellulaire/ exemple de la cycline A".

La cycline A, associée à la kinase cdk2, contrôle le bon déroulement de la phase S ainsi que la transition de celle-ci à la mitose. Ceci en a fait, avec d’autres protéines comme Ki67, un marqueur de la prolifération cellulaire. Toutefois, des résultats récents montrent qu’elle est également impliquée dans la restriction des processus métastatiques au travers du contrôle de la transition épithélio-mésenchymateuse, ceci indépendamment de cdk2.

 

Jacques LEBRETON, Professeur - Université de Nantes

Laboratoire CEISAM–UMR 6230 CNRS - Faculté des Sciences et des Techniques

 

Identification, synthèse et évaluation biologique d’une nouvelle famille d’inhibiteurs de l’interaction interleukine 15 (IL-15) dans le contexte du traitement des maladies inflammatoires

 

L’IL-15 est une cytokine majeure pour le développement et l’activation des effecteurs de l’immunité (lymphocytes NK et T-CD8) [1]. Sa surexpression est souvent associée au développement de pathologies auto-immunes ou inflammatoires [2]. Elle représente de ce fait une cible privilégiée pour le développement de nouvelles molécules anti-inflammatoires. L’IL-15 agit selon un mode original de trans-présentation par lequel un complexe préformé IL-15-IL15Rα exprimé à la surface d’une cellule présentatrice active le complexe transducteur (IL-15Rβ/γ) porté par la cellule cible. Ce mode de trans-présentation est un mode physiologique dominant impliqué dans le contrôle du renouvellement coordonné (homéostasie) des populations lymphocytaires. L’objectif de notre projet est de développer des petites molécules chimiques pouvant être utilisées comme molécules thérapeutiques dans des contextes inflammatoires.

 

Le rationnel de notre approche s’est appuyé sur les structures 3D disponibles des complexes de l’IL-15 avec ses chaînes réceptrices en utilisant les méthodes in silico pour étudier les interfaces d’interaction de l’IL-15 avec les chaînes IL-15Rβ et IL-15Rγ. Un criblage in silico de banques de molécules commerciales utilisant ce modèle de l’interface d’interaction entre l’IL-15 et ses chaînes réceptrices a permis de dégager des inhibiteurs potentiels (voir schéma ci-dessous). Les inhibiteurs potentiels ainsi sélectionnés ont été achetés et validés sur un ensemble de tests spécifiques d’interaction moléculaire (technologies SPR, HTRF, label-free, alpha-screen disponibles sur la plateforme IMPACT). Une première molécule candidate a retenu notre attention en terme d’affinité et d’effets fonctionnels. La pharmacomodulation de cette molécule a été réalisée dans notre laboratoire et des dérivés plus performants ont été obtenus. [3,4]

Ces travaux ont été effectués dans le cadre de programme PIRAMID pour la conception rationnelle de nouveaux candidats-médicaments ciblant les interfaces protéine-protéine [5] impliquées dans des pathologies majeures telles que les cancers colorectal et osseux, l’hypertension artérielle, l’asthme et les maladies inflammatoires chroniques. Le programme PIRAMID repose sur l’association des expertises complémentaires de biologistes, de modélisateurs et de chimistes organiciens.

 
UBOCHU Brest CNRS Inserm EFS
Ifremer ENIB Telecom Bretagne